Un autre regard sur la gestion privée

Zoom sur les marchés – L’après Brexit

separator


Zoom sur les marchés – L’après Brexit

/ 0 Comments /

Conséquence directe du Brexit : la chute des actions bancaires britanniques

Deux semaines se sont écoulées depuis la décision d’une majorité de britanniques de quitter l’Union Européenne. Aujourd’hui, l’article 50 n’est toujours pas notifié. C’est pourquoi, dans l’attente, la Bank of England (BoE) a pris des mesures pour faire en sorte que les banques puissent continuer à prêter et que les assureurs ne liquident pas leurs obligations de société. Elle renonce donc à durcir les conditions de constitution des fonds propres imposées aux banques, mais cela n’a pas empêché la chute des actions bancaires britanniques, celles-ci cédant 20% de leur valeur depuis le 23 juin.

Un impact négatif sur la croissance de la Zone Euro

De son côté la Banque Centrale Européenne (BCE) déclare que la croissance de la zone euro est freinée par la faiblesse du contexte international et que le Brexit aurait un impact négatif cumulé sur la croissance de 0.3% à 0.5% sur les trois années à venir.

L’un des problèmes majeurs de la banque centrale serait la fuite des investisseurs vers  les obligations souveraines les mieux notées limitant ainsi le montant de celles disponibles pour son programme de rachat d’actifs. C’est pour cette raison que de nombreux analystes anticipent une extension du programme d’assouplissement quantitatif qui obligerait la BCE à modifier soit les limites qu’elle s’est imposée, soit la répartition des actifs qu’elle peut acheter.

Cette semaine, ce sont les indices PMI (indicateurs pour différentes activités : manufacturière, service…) pour le mois de juin qui ont été communiqués. Toutefois, il faut noter que les données ont été recueillies avant le référendum. Ainsi, la progression de l’industrie manufacturière est entraînée par un regain d’activité en Allemagne et en Autriche, l’indice PMI  atteint son plus haut depuis six mois ! Cette hausse de l’activité en zone euro résulte d’une croissance du volume des nouvelles commandes tant sur les marchés intérieurs qu’à l’export. En revanche, le PMI des services a chuté, son plus bas niveau depuis janvier  2015.

Et du côté des Etats-Unis et de la Chine…

A l’inverse, l’activité du secteur des services américain (non manufacturier) bondit le mois dernier en raison d’une augmentation des nouvelles commandes et de l’indice de l’emploi. De même, l’indice manufacturier progresse mais il est clair que ce secteur, et notamment au niveau de l’extraction de matières premières, est à la peine. Au mois de juin, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont chuté de façon inattendue (264k) et tombent ainsi à leur plus faible niveau en presque trois mois !

En Chine, le secteur des services s’est aussi étendu en juin. Pékin mise sur un secteur des services fort pour contrebalancer la dépendance de l’économie chinoise aux industries lourdes et aux exportations manufacturières. En effet, le secteur manufacturier est en stagnation au mois de juin. Cette situation alimente les attentes d’un nouveau coup de pouce gouvernemental pour relancer une économie en perte de vitesse.

Les marchés actions : les bourses européennes remontent en fin de semaine 

Dans des marchés qui pansent leurs plaies suite à l’hémorragie du Brexit, les bourses européennes remontent jeudi suite à quatre séances  baissières (contre la tendance sur les marchés américains) pénalisées par les secteurs bancaires et des assurances. Les craintes sur l’immobilier britannique se multiplient après la suspension de rachats de fonds immobiliers de six gros investisseurs.

marché action

Les marchés de taux : la dette française, valeur refuge

Dans un contexte généralisé d’incertitude, la France a emprunté au taux historiquement bas de 0.16%, la dette française apparaissant étrangement comme une valeur refuge. De nouveaux planchers en terme de rendements sont atteints tels le « 10 ans » néerlandais à +0.004% mercredi. Les taux à 10 ans, suisses et japonais, se négocient respectivement à -0.625% et -0.213%.

marché de taux

Les matières premières : 

Alors que l’été est particulièrement chaud au Royaume-Uni, augmentant les besoins en électricité et par conséquent en combustible des centrales, l’unité de mesure du gaz naturel (British Thermal Unit) a bondi de +17% depuis le début de l’année.

matières premières

Les taux de changes : la Chine augmente ses réserves

Les réserves de change de la Chine ont augmenté de 13.4 milliards de dollar en juin dernier. Cette hausse inattendue est jugée exceptionnelle par les économistes qui opinent un prochain revirement de situation si la  faiblesse du yuan dopait les sorties de capitaux.

taux de change

separator